AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yurushite nyaaaan !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Yurushite nyaaaan !   Mer 23 Jan - 20:41

Il pleuvait, encore et toujours. C'était dingue ça sérieux, POURQUOI il fallait toujours qu'il flotte quand il allait voir sa petite amie ? Le Dieu de la pluie les avait prit en grippe ? Il n'avait pas accroché assez de Teru Bôzu à sa fenêtre ou quoi ? Nan mais sérieux ! C'était pas juste, c'était chiant, il protestait. Il protestait mentalement surtout, parce que lever les yeux au ciel et lui gueuler dessus, en sortant d'une gare, c'était pas trop la meilleure chose à faire. Fait chier tiens ! En plus, il avait presque réussit à aplatir tous ses piques ce matin -oui, presque, y a toujours des rebelles hein- et c'était mort maintenant. Pouf, finis l'effet de style, le romantisme, le côté super sexy de sa personne.

Tout ça à cause de cette foutue pluie.

Rabattant la capuche de son sweat sur sa tête, il poussa un soupir éloquent et s'empara de son téléphone portable. Trouvant rapidement le nom de la jeune fille dans la liste, il se contenta d'un petit message rapide : « Chinois au rapport, bien arrivé en territoire allié. Départ de la gare imminent, arrivée prévue à 12h42 au QG. Si le chef a un creux, le Chinois se fera un devoir de remplir l'estomac de son supérieur. Terminé !
...Avec un petit cadeau en prime ♥ »
Simple et efficace. Ledit cadeau était bien à l’abri dans son sac. Il avait vu une petite robe bleue sombre, rappelant à merveille les yeux de la jeune fille, et n'avait pas hésité longtemps avant de lui prendre. Il commençait à connaître les goûts de Reanbell en matière de vêtements. Elle aimait tout. Pratique hein ? Pas besoin de se prendre la tête pour Noël, les anniversaires, tout ça tout ça...

Bref, il reprit la route en rangeant son téléphone dans sa poche, sans le sentir vibrer ni rien. Aussi bien elle lui avait répondu mais c'était plus drôle ainsi. Surtout qu'il devinait presque le C'est quoiiiiiiiiiii ma surpriiiiise ? qu'elle lui dirait avec de grands yeux innocents. Rahlala. Elle le faisait définitivement fondre, alors que chez les autres filles ce genre d'attitude l'exaspérait au plus haut point. Mais avec Reanbell c'était différent, elle savait y faire. Elle avait ce petit côté sauvage et indomptable qui ne pouvait pas laisser indifférent. Et là était toute la différence.

Enfouissant son visage dans son écharpe, on ne voyait au final plus que ses yeux qui dépassaient des couches de tissus. Il avait arrêté de jouer aux cons, sa maladie était là, présente, lovée en lui, alors il faisait gaffe. Sa santé jouait au yoyo mais là, ça pouvait aller. C'était aussi pour ça qu'il avait foncé à Balamb, loin de cet univers maladif que représentait Midgard. Ici, il respirait. D'un pas rapide, il traversait les rues sans prêter attention à quoi que ce soit. Tout le monde était pressé et peu de gens appréciaient la fine pluie qui tombait en continue.

Passant non loin d'un parc, il ne lui restait qu'une dizaine de minutes de marche avant d'atteindre la maison de Reanbell. Mais là, un miaulement attira soudainement son attention et le força à s'arrêter. Il tourna la tête et rechercha la source de ce petit bruit soudain. Puis il repéra un carton noyé sous la pluie, avec une petite boule de fourrure qui se débattait à l'intérieur. N'écoutant que son courage -ou plutôt sa curiosité- il fonça à la rescousse de ce petit animal. Un chaton était dans le carton et miaulait avec désespoir. Trempé, l'animal grattait les bords pour tenter de s'en échapper. Haru prit machinalement la petite créature dans ses mains -bon sang, il ne pesait rien !- et, retirant son écharpe, emmitoufla le petit chat dedans. S'il miaula au début, il se calma rapidement et se laissa faire en sentant la chaleur tout autour de lui. Reprenant sa route, il garda l'animal tout contre lui et se dépêcha de rejoindre le domicile de la blonde. Frappant à la porte, il attendit qu'elle ouvre et le fasse rentrer pour lui offrir un sourire désolé.

« Désolé, y a une surprise en plus... » Dévoilant le chaton, il caressa doucement la tête du petit animal tremblant. « Je l'ai trouvé dehors, tout seul. »

L'animal ouvrit les yeux, de grandes bibilles toute bleues qui feraient fondre un glacier et poussa un ridicule petit miaulement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yurushite nyaaaan !   Mar 29 Jan - 17:37

Elle avait dormit comme un bébé … Non, mieux : comme un ours. Je dirais même plus, comme un bébé ours, un énorme bébé ours en hibernation qui se serait gavé de somnifère pour hiberner. Ouais, même mieux que ça. En fait, elle avait dormit comme une petite Reany après une dure semaine tumultueuse à casser des nez ici et là. Et bon sang, que c’était bon de dormir ! Couchée à dix-neuf heures pour ne pas ouvrir l’œil avant midi ! CA c’est ce qui s’appelait VIVRE. Dormir, c’est la vie, tout simplement, que demande le peuple ? Une petite tasse de thé et un petit épisode de Doctor Who et voilà, elle était comblée, elle pouvait mourir heureuse maintenant, elle avait accompli le but de toute sa vie.

Enroulée dans ses couettes comme un petit nem en phase d’éveil non-amorcé, elle reposait encore ses yeux cinq minutes quand elle entendit son téléphone sonner. Elle grommela dans sa barbe, enfouissant sa tête dans les profondeurs moelleuse de son oreiller avant de daigner ramper difficilement vers sa table de nuit, tel un petit asticot se démenant dans sa carcasse pour avancer à coup de bassin.
Toujours dans sa chrysalide bien chaude, les fesses en l’air, elle tendit le bras pour tâtonner laborieusement le boit de la petite table de nuit. Elle renversa sa lampe de chevet, un paquet de mouchoir, quelques stylos, un tournevis sonique qui trainait là, des kinder chocolat, une bouteille d’eau …

*Aïe, HE !! Rean !!*

Ah, et Alpha aussi qui trainait par là. Elle poussa un grommèlement qui voulait sans doute dire « désolée » ou alors « fait pas chier » dans le langage des Reany en hibernation avant d’enfin mettre la main sur son téléphone portable. Elle le porta jusque sous son nez, remettant son bras au chaud dans son cocon. Là, chose difficile, elle du décoller ses paupières. Etirant la bouche en cul-de-poule dans une grimace étrange, elle ne parvint dans un premier temps qu’à les tendres avant de les entrouvrir difficilement, la lueur de son écran venant lui brûler la rétine. Reflexe physiologique, elle lâcha un petit éternuement digne d’un hamster replet avant de distinguer l’icône « nouveau message ». Elle cliqua sur quelques boutons (se trompant à plusieurs reprises) avant d’enfin parvenir à l’afficher.
Haru a écrit:
« Chinois au rapport, bien arrivé en territoire allié. Départ de la gare imminent, arrivée prévue à 12h42 au QG. Si le chef a un creux, le Chinois se fera un devoir de remplir l'estomac de son supérieur. Terminé !
...Avec un petit cadeau en prime ♥
------Haru.»

-Hmmmmmmmmmm ….

Elle répondit seulement par un petit bâillement en refermant les yeux, quand, après avoir lentement remonté ses nerfs rétiniens, l’information arriva enfin dans son système nerveux central pour être traité. Elle ouvrit subitement ses grands yeux bleus pour pousser un rugissement rauque qui partit dans les aigus. Elle se débattit alors contre sa chrysalide, comme le papillon finissant tout juste de cuir qu’elle était. Seulement voilà, un papillon on a jamais dit que ça devait être doué en plus d’être joli … La blonde se démena maladroitement et dégringola du lit en se ramassant tête la première pour manger le tapi. Elle cracha un juron, rampa par terre pour s’extirper des couettes avant de courir vers la salle de bain. Elle se mangea la porte en pleine face avant de l’ouvrir et s’enferma à l’intérieur. Une seconde information monta alors jusqu’à son cerveau, et elle resurgit aussitôt de la salle de bain pour se jeter sur son lit et attraper son téléphone.

-Un CADEAU ?!

Elle n’aimait pas les cadeaux surprises, pour la simple et bonne raison que sa curiosité naturelle (et son exigence aussi) rendait toujours l’attente infernal. Elle gratifia donc Haru de quelques « Un cadeau ? C’est quoi ? » Puis de plusieurs dizaine de « c’est quoi ? Hein, dis-moi c’est quoi ! » Avant de reposer les yeux sur l’horloge et de se taper un nouveau sprint vers la salle de bain.
Elle se jeta directement sous la douche (habillé oui), se cogna le petit orteil avant de jeter finalement ses vêtements trempés dans la corbeille à linge (enfin elle a essayé, à la place, ils sont venu se splatcher contre le mur). Lavage intégrable : corps, cheveux, dents, pistolet …. Pistolet ?!

*MA POUDRE !!!!*

Envoie du pistolet par-dessus le rideau de douche (qui lui, atterrit bien dans la corbeille) avant de se rincer promptement. Elle se cogna une nouvelle fois le petit orteil (le même) et pesta dans un jargon soviétique bien de chez elle, étouffant sa douleur en se brossant les dents et en se brossant les cheveux (en même temps oui). Séchage, habillage, coiffage, brûlage, jetage de Zanpakutô dans la machine à laver, récupérage (oui) de Zanpakutô dans la machine à laver, séchage de Zanpakutô, rangeage (oui) de maison et lavage et re-rangeage (oui, oui).

Stop. Au milieu de son salon, elle observa attentivement la pièce et fit une dernière check-list dans sa tête. Tout semblait bien. Elle était bien coiffée, avec un joli bandeau serti d’oreilles de chat dans les cheveux, un petit haut blanc et bleu, aux manches rayées à la façon « marine », une jupe en jean, quelque accessoire assorties … La maison était propre et bien rangée … Plus qu’à faire du thé et faire comme si on avait attendu en tapant du pied. Pour une fois, heureusement qu’il était en retard, mais ça ne l’empêcherais pas de le sermonner, juste pour la forme, par principe et parce que sinon elle n’aurait plus le mérite de s’appeler Reanbell.

Le thé était juste à point quand elle entendit frapper à la porte. Elle se hâta aussitôt d’aller ouvrir (pas trop vite quand même histoire de se faire un peu désirer) et fit entrer son cher et tendre avec sa face de chat … et pas qu’une face de chat.
Elle avait remarqué qu’il tenait quelque chose contre lui et elle lui jeta un grand regard interrogateur quand il lui sourit en dévoilant la chose la plus adorable qu’elle n’ait jamais vu de sa chienne de vie ! La vision de la petite frimousse du château au museau rose et aux longs poiles gris foncé au visage blanc lui donna soudainement envie d’hurler « HAAAAAAAAA IL EST TROP MIGNOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON » en montant bien sûr dans les ultrasons les plus aigu possible. Ce qu’elle ne fit bien évidemment pas, bien que ce hurlement de fangirl ait bien dû se lire un instant dans son grand regard bleuté de petite poupée délicate. Oui, à l’instant même, il devait bien y avoir un millier de paillettes qui dansaient dans ses prunelles océaniques et elle crut bien qu’elle allait exploser (de part un surplus de charge du level cuteness infinit) lorsqu’il poussa son petit miaulement aigu.

Elle tenta cependant de garder son sang-froid et dû se faire violence pour réprimer ce petit sourire attendrit qui s’était niché sur ses lèvres l’espace d’un instant. Elle plongea alors son regard dans la forêt de jade de l’asiatique, se demandant l’espace d’un instant s’il n’avait pas l’étrange pouvoir de fouiller dans ses pensées … Voilà à peine cinq jours qu’elle songeait à se trouver un animal de compagnie … Elle se sentait à la fois comme épiée mais aussi en parfaite symbiose avec ce sale petit enquiquineur que, elle devait bien l’avouer maintenant, elle aimait au point de l’étrangler dans un câlin forcené.

Cependant, elle eut une petite moue dédaigneuse, faisant comme si elle était fâchée qu’il ait ramené cet (adorable choupinet trop choubidou) sac à puce ici.

-Comme si il y avait pas assez d’un seul chat errant ici ... Fit-t-elle, le plus froidement possible en le jugeant d’un air accusateur.

Elle reposa ensuite les yeux sur la petite créature absolument irrésistible, même pour elle et le prit doucement dans ses bras. Elle fut surprise par le petit poids plume et avait presque l’impression de ne rien avoir dans les mains tellement il était léger. Elle ne se rendit pas compte qu’un sourire tendre s’était de nouveau niché sur ses lèvres alors qu’elle le déposait contre sa poitrine pour le caresser doucement. Remarquant le regard amusé du Midgardien fourbe, elle lui lança un petit regard farouche.

-Lui au moins, il est mignon.

Sa voix était plus douce, plus naturelle. Elle s’éclipsa un instant avec le petit chaton et revint après l’avoir emmitouflé dans une serviette chaude. Elle le frictionna doucement et avec mille précautions, sans pouvoir se défaire de son sourire.

-Je crois qu’il doit rester une vieille litière pour chat dans la cave, la dame qui habitait ici avant en a eu …

Elle passa sa main sur la fourrure duveteuse de l’animal, retrouvant un regard d’enfant admiratif. Elle alla ensuite chercher un petit peu de lait qu’elle fit tiédir pour le servir dans une petite coupelle au chaton (visiblement affamé) qui se jeta avidement dessus. Après l’avoir longuement contemplé, elle s’approcha de son compagnon en agrippant doucement sa veste pour lui lancer un regard mouillé, jouant de ses grands yeux de biches.

-C’était quoi l’autre cadeaaaaaaux ?

La petite furie avait appris à s’adoucir en compagnie de l’homme à la face de chat fourbe. En privé, avec lui et seulement lui, elle arrivait de mieux en mieux à mettre son masque frigide de côté, si bien qu’elle lui accorda même un baisé lorsqu’il lui demanda en échange de son cadeau.
Elle retrouva aussitôt sa sauvagerie lorsqu’il arbora le paquet et s’empressa d’ouvrir pour admirer une ravissante petite robe bleue, dont-elle visualisait déjà le reste de la tenue avec laquelle elle pourrait la porter. Elle se retrouva un instant bête, un peu embarrassée finalement. Elle n’était pas très douée pour exprimer ce qu’elle ressentait et dire « merci » lui semblait compliqué.
Elle fouilla dans sa mémoire pour tenter de pêcher une réaction approprié et sourit finalement.

-Merci, elle est superbe !

Sans doute jaloux de l’attention porté à la robe plutôt qu’à lui, le chaton, assis à côté de sa coupelle vide, poussa un petite miaulement aigu en se léchant les babines. Elle pliât soigneusement la robe pour la mettre de côté et alla reprendre le chaton dans ses bras.

-S’il réclame autant d’attention que toi, je suis pas sorti d’auberge.

Et ouais, t’es pas sortie de l’aubergine Martine !
Revenir en haut Aller en bas
 
Yurushite nyaaaan !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otherworld :: •Le RPG• :: •Balamb•-
Sauter vers: